News



"Une écriture lumineuse, sensuelle, charnelle"

Quel livre magnifique ces Vingt-deux petits soleils !

Lorsque j'étais enfant, j'ai découvert la mythologie grecque avec la collection Nathan des Contes et Légendes, ces livres à la tranche rayée de lignes dorées. Celui sur ladite mythologie m'avait passionné car il allumait en moi des images et aussi des sensations, à travers ces récits de bruits, de fureurs, peuplés de personnages fantastiques, à la fois si étranges et si proches. Je n'ai jamais oublié le choc de cette découverte, même après m'y être plongée de manière "cérébrale" plus tard, délestée de l'émerveillement enfantin initial.

J'ai retrouvé en grande partie cet émerveillement avec ces Vingt-deux petits soleils. Je ne voudrais pas faire de mauvais jeu de mot mais c'est effectivement un livre solaire. J'y ai retrouvé la richesse incroyable, le foisonnement étrange et familier de ma découverte originelle de la mythologie grecque. Le récit de cette double transmission de Chiron vers Kima et d'Apollon/Artémis vers Chiron est non seulement passionnante sur le plan psychique, mais splendide quand à l'écriture. C'est une écriture lumineuse, sensuelle voire charnelle ; le lecteur peut y percevoir le souffle du vent dans la forêt, entendre le galop du docte Centaure, sentir l'humus et percevoir le crépitement des insectes. Cypris Kophidès a su y mettre la légèreté et surtout l'humour qu'il fallait pour faire pétiller cette fresque initiatique, rendre ces personnages à la fois dans et hors du temps proches, tout proches de nous.

Il n'est pas donné à n'importe quel auteur de redonner souffle et vie aux grands mythes de notre histoire humaine. Il faut pour cela déjà très bien les connaître, prendre la mesure de ce qu'ils représentent à tous points de vue, tout en les rattachant à des connexions personnelles profondes.

Tout cela est réalisé avec une très grande maestria.


Isabelle Blondet-Hamon

©DIABASE éditions 2016 - réal. : Alexandre Petrovski Darmon