News



Fleur d'Achélème

Bernard et Marie-Claude forment un couple modèle. Le jour de ses vingt ans, en 1966, Bernard reçoit une lettre de Lucienne. « … il fut flatté et amusé d’y lire sous l’autodérision une espèce de regret amoureux. ».

A vingt ans, entrés rapidement et brutalement dans l’âge adulte, avec un enfant à nourrir, Bernard et Marie-Claude prennent leurs responsabilités à bras le corps. Ils ont tiré un trait sur leur jeunesse passée sous l’égide des Trente Glorieuses. D’origine modeste, ils avaient tous les trois les mêmes cartes en mains.
A « Ouest France », Bernard entame une carrière de journaliste tandis que sa femme devient assistante sociale. Leur vie banale agrémentée de plaisirs bourgeois, est à peine secouée par la lettre de leur ancienne amie.
« Marie-Claude et lui avaient eu des jeunesses parallèles. D’un côté un meilleur copain et une meilleure copine incarnant l’interdit, de l’autre des mamans en tablier brodé, juste un peu moins pauvres que les autres, mais gestionnaires du ménage, reines du pain perdu et du quatre-quarts fourré aux noix fraîches, et tout entières saupoudrées de douceur, sinon d’effacement. Bernard et Marie-Claude étaient devenus ce qu’ils étaient en naissant, conformes à l’éducation reçue de parents soucieux de bienséance et du qu’en dira-t-on – le père de Marie-Claude était chauffeur à la préfecture, celui de Bernard garçon de courses à la Banque de France. »
Lucienne faisait partie du groupe, goûtant aux plaisirs d’une jeunesse rebelle. Appartenant à une fratrie nombreuse, elle habitait dans un « achélème flambant neuf ».
Ses lettres mâtinées d’autodérision, sont portées par une langue débridée. Elle raconte ses péripéties et sa vie amoureuse sans ambages. Les missives d’un autre temps restent sans réponse.
Au fil des années, la déchéance de Lucienne s’amorce, caissière à Prisunic, alcoolique, divorcée, séparée de son enfant, elle se détruit âprement. Sa situation fait étrangement écho aux dossiers traités par Marie-Claude. Animé par un brin de voyeurisme, Bernard se conforte dans sa délicieuse vie de famille et sa carrière florissante. Heureux propriétaires, leur bonheur est bourgeois. La compassion pour Lucienne égratigne à peine leur confort et entre deux lettres, celle-ci n’existe quasiment pas. L’ascenseur social les mène à Paris. La montée est fulgurante, journaliste dans des grands quotidiens, écrivain adulé, il est un père comblé par la réussite de ses enfants.
Les lettres se succèdent et la chute de Lucienne irrémédiable tandis que le couple caracole au sommet de la bourgeoisie.
Hervé Jaouen pose un regard sans concession sur ces existences imbues de leur réussite. Avec un brin d’ironie, il dissèque brillamment deux destins aux antipodes. Fleur d'Achélème est un roman doux amer.

Alexandra Morardet, arte, le 01-02-2007

©DIABASE éditions 2016 - réal. : Alexandre Petrovski Darmon