News



"LES GRANDS NUAGES"

Breton né dans les Ardennes en 1949 de parents finistériens, Hervé CARN enseigne les lettres modernes au lycée de Dinan (Côtes-d'Armor). Il élabore simultanément une œuvre poétique et romanesque.

A propos de son second roman « Mauvaise Mémoire », Renaud Matignon, dans le FIGARO, a très justement situé Hervé CARN comme un auteur " épris et inquiet d'écriture, sorte de personne déplacée entre son malaise d'être et son bonheur de dire, qui a laissé sa famille du côté des voyants et des poètes, là où rôdent Julien Gracq, Magritte et André Dhôtel, et qui redonne à la mémoire sa vertu première qui est bizarrement, d'inventer ".

Avec «Les Grands Nuages », son sixième roman, Hervé CARN excelle à découvrir les faux-semblants, les jeux de cache-cache, l'ambivalence des désirs.

A l'occasion de l'enterrement d'Anna « la petite bonne devenue gouvernante », deux soeurs, Rose et Hélène, se retrouvent dans la maison familiale après une longue absence. « Vingt ans après comme dans les romans populaires ». Dans ce tête à tête se ré-vèlent avec violence les secrets de leur famille, les plaies et les blessures qui jamais ne se refermeront dans cet interminable « jour d'obscurité et de nuage », « de tourbillon et de tempête ». L'écriture incisive sonde les destins des personnages avec une cruauté qui n'exclut pas la sympathie pour leur aventure humaine.

« C'est comme si nous découvrions un destin parallèle à celui que nous avons toujours partagé. Quelque chose d'autre se déroulait à notre insu, à l'insu de presque tout le monde ici. Chacun croyait être au fait du mystère. Et le vrai mystère était au contraire enfoui, refoulé, fragmenté. »

Un roman intense qui se lit d'un trait.

Cypris Kophidès

©DIABASE éditions 2016 - réal. : Alexandre Petrovski Darmon