News



"NOCES DE LECTURE"

« J’ai continué à déchiffrer les signes. En m’appliquant, avec sérénité, concentration, silence.
...et quand je me ramasse et que je regarde où qu’était Mimile c’était plus rien que de la bouillie lui qui me causait encore pas trois secondes plus tôt...
Je ne lisais pas. On me faisait la lecture. Il me faisait la lecture. Il m’offrait sa voix. J’en reconnaissais le timbre, les inflexions, le moelleux, la souplesse. Elle vibrait dans l’air autour de moi et en moi. »

Pour ces Noces de lecture ils sont deux : l’une qui lit - Leçon de choses de Claude Simon - s’arrête sur un paragraphe... une phrase... écoute autour, écrit à la première personne, et l’autre à qui elle s’adresse et qu’elle nomme Epsilon. Marie-Hélène BAHAIN réussit à nous rendre presque concrète, palpable, l’alchimie singulière de la lecture et du lecteur, les émois et les résistances que suscite l’absorption de pensées charnellement ressenties.

La narratrice est tour à tour dans une espérance de dégagement - dominer Epsilon, préserver son territoire de liberté - et dans une tentation d’abandon - se rendre pieds et mains liés, se laisser absorber...

Qui est Epsilon dont le nom est la deuxième voyelle grecque ?
Une figure de l’autre qui nous répond dans la voix blanche de la conscience ou qui nous assaille dans la ferveur du cœur ? L’élan créateur si proche de la fièvre amoureuse qui rencontre partout autour de lui résonance et échos de son désir ?
C’est à un exercice troublant que la narratrice entraîne le lecteur ; penché au-dessus de son épaule, il lit ce qu’elle, penchée au-dessus du livre, lit et ressent : passage du relais en abîme.

« Epsilon, tu étais devant moi. Il ne s’agissait ni de te croiser, ni faire un bout de chemin avec toi. Non, c’était beaucoup plus redoutable... »

Ce sont bien des noces, des noces de lecture, auxquelles la lectrice en posture d’auteure nous convie. Peut-il être une écriture, une lecture véritablement substantielles qui ne soient dialogue amoureux ?

Un court récit, un grand texte.

Cypris Kophidès

©DIABASE éditions 2016 - réal. : Alexandre Petrovski Darmon