Littérature

recherche par Livre :
recherche par Auteur :

"SI TU T’IMAGINES"
de Manuel CORDOUAN

À travers la rencontre de Myriam et de Paul sur les bancs de la Sorbonne dans les années d’après-guerre, Manuel Cordouan évoque un monde qui a profondément marqué une génération.

La France possédait encore un empire colonial dont l’Algérie était le fleuron. Le parti communiste n’avait pas renoncé à s’emparer du pouvoir, auréolé du martyre de ses « cent mille » fusillés. De la radio jaillissait la voix de Juliette Gréco « Si tu t’imagines fillette, fillette… » tandis que le café de Flore s’emplissait des admirateurs de Sartre et Simone de Beauvoir. L’auteur excelle à mettre en scène la singularité de ces années - 1947, 1948 - au cours desquelles la lutte contre l’injustice sociale et la réflexion pour la liberté personnelle alimentaient discours politiques, débats philosophiques et engagements fervents.
Autour de Myriam et de Paul, des personnages pas moins attachants apportent d’autres échos. Telle la blonde et pâle Tania, nostalgique de sa Russie natale qu’elle a quittée dans des circonstances dramatiques et qui avoue : « Ma vie est un cauchemar. J’essaie de l’oublier en ayant du plaisir avec les hommes ». Tel Modeste, l’ami ouvrier, ancien compagnon d’armes de Paul, qui vit avec Mireille mais pense à la douceur de Mai, la jeune indochinoise. Telle Raymonde, l’étudiante avec laquelle Myriam partage une chambre à la Cité Universitaire et qui lache sa révolte : « Nous ne naissons pas pour procréer et donner aux hommes une image complaisante d’eux-mêmes !…Une fois qu’ils nous ont mis enceintes, ils estiment qu’ils ont tous les droits… ».
Mais l’intérêt de ce premier roman captivant ne réside pas uniquement dans l’atmosphère et la connaissance historique précise de ces années d’après-guerre. Au-delà de la découverte de la Métropole par Myriam et de la désillusion idéologique de Paul, le désir amoureux qui bouleverse et transforme les êtres construit la trame du récit. Le lecteur est entraîné et regarde Myriam et Paul venir du lointain de leur trajectoire personnelle, de leur terre et de leur origine différentes, et s’approcher peu à peu « cherchant dans les yeux de l’autre le moyen d’apprivoiser le reflet de leur propre étrangeté ».

« Orphelins de l’Histoire », à la recherche de repères, ils vont se rejoindre, et les affrontements idéologiques vont céder le pas à la passion qu’ils éprouvent l’un pour l’autre.

Cypris Kophidès

2002 - 304 pages - 205 x 140 - ISBN : 978-2-911438-13-2 - prix : 17.00 €
©DIABASE éditions 2016 - réal. : Alexandre Petrovski Darmon