Actualités et Agenda

Comme la crue de la rivière en mars

À 91 ans, Gérard Bessière continue à nous dire ce qui l’anime.

Toujours « un peu prêtre » (comme l’a qualifié, un jour, un enfant), il nous parle de ses doutes et même de son « ignorance devant le mot Dieu ». 

Des figures aimées, disparues, surgissent au fil des pages comme s’il s’apprêtait déjà à les rejoindre. « Peut-être qu’à l’instant / où mes yeux s’éteindront / je verrai m’accueillir / les visages aimés ».

 

Gérard Bessière, qui passe aujourd’hui sa retraite à Luzech dans le Lot, fait partie de ces auteurs nés dans le giron du christianisme, devenus prêtres ou religieux, mais qui ont – peu ou prou – pris du recul avec l’institution (quand ils n’ont pas pris carrément le large comme ce fut le cas pour Marcel Légaut ou même Jean Sulivan). Ancien journaliste à La Vie et éditeur au Cerf, Gérard Bessière, lui, est l’un de ses « électrons libres » (demeurés dans l’institution) qui apportent une parole forte et neuve sur la foi, l’Église, le fait d’être chrétien.

 

Ses propos rejoignent, par exemple, les interrogations formulées par des auteurs comme Jean-Pierre Jossua, Gabriel Ringlet, Maurice Bellet, Jean-Yves Quellec ou François Cassingena-Trévedy, pour ne citer que quelques uns.

Autant d’hommes plus attachés à creuser le message de Jésus et des Évangiles qu’à défendre à tout prix une Église au langage « fragile ou périmé » et qu’il importe de « dépoussiérer » comme le dit Gérard Bessière.

Une Église qui leur semble un peu trop se crisper et ne paraît pas, à leurs yeux, répondre exactement aux attentes des hommes de notre temps.

 

Ces convictions traversent les derniers écrits de l’auteur, comme autant de courtes chroniques ponctuées de poèmes, sous le titre Au seuil du silence.

 

Ce qui retient aussi l’attention dans ce nouveau livre, c’est l’approche que Gérard Bessière fait de l’existence de mondes éloignés de nous dans l’espace et que la science ne finit pas de nous révéler.

Autant de sujets à lourdes interrogations pour le chrétien qu’il demeure.

 

« L’espace et le temps où se déroulent nos vies éclatent au-dessus de nos têtes. Le ciel étoilé des soirs d’été n’est plus qu’une tenture proche. Au-delà, que d’au-delà, à l’infini ! Les religions ont été les astres qui ont guidé et guident la marche des hommes sur la terre. Le demeureront-elles ? »

 

Constat lucide qui, plus loin, lui fait écrire :

« Les étoiles sont vouées à s’éteindre et déjà les distances interstellaires nous font ressentir le vide du ciel, mais que dire du vide, qu’est-ce que le vide ? »

 

Alors, au cœur du grand âge, l’homme se voit saisi de vertige.

Mais s’il résiste à la peur c’est grâce au silence qui monte en lui « comme la crue de la rivière en mars ». 

Il peut donc rester paisible et disponible, accueillant l’inconnu, cultivant « le goût du beau et tant d’autres conduites ou réalisations qui nous élèvent ».

 

Pierre Tanguy – http://www.dessourcesetdeslivres.fr/textessources/pierretanguy.htm

Octobre/Novembre 2019

Avec sa Dame de bonheur, Bluma Finkelstein continue à nous enchanter.

Bluma Finkelstein demeure un poète encore méconnu. On peut pourtant dire d’elle qu’il s’agit d’une voix majeure de la littérature israélienne francophone contemporaine.

Son livre La petite fille au fond du jardin (Diabase, 2000) a profondément touché de nombreux lecteurs et elle a été, en 2019, lauréate du prix international Benjamin Fondane.

 

Avec sa Dame de bonheur, elle continue à nous enchanter.

 

Mais qui est donc cette « Dame de bonheur » sur les pas de laquelle Bluma Finkelstein nous entraîne sans répit ?

Quelle est cette fée qui semble l’envelopper et la protéger ? S’agit-il d’une sainte patronne ? D’un ange gardien ? S’agit-il de sa mère, cette dame à la « chevelure noire enroulée en nattes autour de sa tête » ? Ne s’agit-il pas, plutôt, de Bluma Finkelstein elle-même sous les traits d’une enfant radieuse quand « tout brillait » et que « les rosiers changeaient leurs épines en épices d’Orient » ?

Oui, nous dit le poète, l’enfance est cette « divine escale sur le versant éclairé de l’existence » à une époque de la vie où l’on croit « presque à l’immortalité ».

Vert paradis de l’enfance, donc, ce « temps des mythes et des histoires heureuses où tout finit bien », avec ses « printemps embaumés » et ses « orangers en fleurs, ses « rayons du soleil plus sucrés que le vin de Cana ». Mais plus dur, on le sait, sera la chute. « Pourquoi après le ciel radieux, cette « avalanche de neiges grises »  et ces routes « inondées du sang des innocents » ?

 

Alors pour faire face, Bluma Finkelstein sort sa « grammaire de survie ». Elle s’arc-boute sur un mot-clé : la connaissance. « Le bonheur est l’effet de la connaissance, écrit-elle, c’est là que Dieu respire ».

Ailleurs, elle dit : « Ne te dépêche pas d’arriver, apprends » ou encore ceci : « cherche au lieu de courir ».

Autant d’injonctions dans un monde qu’elle sent marquée par la montée des périls, par toute cette « chair brûlée / sur la terre des promesses ».

 

Le poète est là, à l’heure où l’on parle plutôt de murs et de frontières, de « routes vaines qui s’enfoncent dans les souterrains », le poète est là pour « créer des ponts ».

C’est sans doute à cette condition que la dame de bonheur pourra retrouver, un jour, droit de cité.

 

Pierre Tanguy   http://www.dessourcesetdeslivres.fr/textessources/pierretanguy.htm

octobre/novembre/2019

Nouvelles parutions du mois de novembre 2019

Deux nouveaux ouvrages seront disponibles le 5 novembre 2019.

 

 

Dans la collection Liens et Résonance, un texte bref mais dense et ouvert de Gérard Bessière : Au seuil du silence.

 

Comme un compagnonnage qui lie interrogation et liberté, sensibilité et poésie, amour et respect de l’humain.

 

 

*

 

 

Dans la collection Littérature, un long poème de Bluma Finkelstein : La Dame de Bonheur qui donne son titre à l'ouvrage, suivi de Le taffetas des nuages et Les braises éteintes.

 

Bluma Finkelstein  est une voix majeure de la littérature israélienne francophone.

 

Elle est lauréate en 2019 du Prix international de littérature francophone Benjamin Fondane.

 

 

 

 

Daniel Morvan et Gwen Cahue – Un auteur, un compositeur Théâtre la Ruche – Le Petit Théâtre de Viarme, 14 novembre 2019

Lecture musicale

 Daniel Morvan, ancien journaliste d’Ouest-France et auteur de cinq romans, partagera les sortilèges de son nouveau livre « L’Orgue du Sonnenberg ».

La soirée sera présentée par Jean-Louis Bailly, écrivain de La Ruche, professeur de lettres et romancier, et sera animée par un le guitariste Gwen Cahue qui improvisera au fil des lectures.

 

Le 14 novembre 2019

Horaire : 20:30 / 21:45 - Durée : 1h15 -

Entrée : 6 € Réservations : www.theatrelaruche.wixsite.com - resa@laruchenantes.fr – billetreduc.com

Théâtre la Ruche – Le Petit Théâtre de Viarme 8 Rue Félibien Hauts-Pavés – Saint-Félix Nantes

Salon du livre de Guérande les 23 et 24 novembre 2019

 

Les éditions DIABASE seront  présentes cette année au salon du livre de Guérande les 23 et 24 novembre 2019 avec Daniel MORVAN, auteur invité du salon sur le thème des écrivains journalistes.  Seront également présents les auteurs Hervé Jaouen, Sophie Tessier, Anne-José Lemonnier, Cypris Kophidès...

Salon du livre de Carhaix 26 et 27 octobre 2019

Les éditions DIABASE seront présentes au salon du livre de Carhaix les 26 et 27 octobre 2019 avec quelques auteurs dont Eve Lerner, Sophie Tessier, Anne-José Lemonnier, Catherine Urien, Hervé Jaouen, Gérard Le Gouic, Cypris Kophidès...

 

Nous vous y attendons avec les nouveautés de l'année 2019 dont le recueil de poèmes de Bluma Finkelstein La Dame de Bonheur et celui de Hervé Jaouen Noces d'or irlandaises.

 

A bientôt.

L'enfant de Trébizonde au salon du livre de Athènes

Très belles présentations le mardi 3 septembre de l'édition grecque du livre de Cypris Kophidès L'enfant de Trébizonde (Το Παιδι απο τνη Τπαπεζουντα) au salon du livre de Athènes à Zappeio, en présence de l'éditeur Dimitris Tsoukatos, du traducteur Dimitris Daskas et de la critique littéraire Eléni Zachari. Une soirée athénienne riche d'émotions partagées avec le public. Merci à tous. Ευχαριστω πολυ σε ολους !